plateau theière et tasse bois

Conseils pour préparer une bonne tisane – Partie 2

Infusion, décoction, macération ? Comment s’y retrouver ?

On me demande souvent quelle est la différence entre une tisane et une infusion. En réalité, l’infusion est une façon de préparer une tisane, tout comme la décoction et laa macération. On choisira d’utiliser l’une ou l’autre méthode de préparation en fonction des parties des plantes utilisées.

L’infusion

Cette méthode est à privilégier pour les parties tendres et délicates des plantes: les fleurs, les feuilles et les sommités fleuries.

  • 1ère possibilité : départ eau chaude
    • on verse de l’eau frémissante (d’abord porter à ébullition puis refroidie 5min pour atteindre environ 85°C) sur les plantes. Ensuite, couvrir (avec une soucoupe par exemple, afin d’éviter que les substances volatiles contenues dans la plante s’évaporent durant l’infusion) et laisser les plantes en contact avec l’eau frémissante pendant une durée bien déterminée, qui peut varier de 3 à 10 mn selon les plantes. Cela permettra de ramollir les tissus de votre plante séchée et, ainsi, libérer et diffuser ses principes actifs. L’ensemble est filtré pour donner l’infusé.
  • 2de possibilité : départ eau froide
    • mettre la plante sèche ou fraîche, légèrement fragmentée, dans de l’eau froide, ensuite mettre sur le feu en couvrant la casserole. Dès les premiers frémissement de l’eau, retirer du feu, et infuser 5 à 10 minutes suivant les plantes (toujours couvert), puis filtrer et déguster !

BON A SAVOIR

Une infusion chaude déjà préparée peut être conservée 24H dans une bouteille isotherme sans détériorarion de ses propriétés.

La décoction

La décoction est utilisée pour les parties dures, compactes ou ligneuses des plantes: bois, tige, fruits, écorces, aubiers, racines, graines. Ces organes végétatifs ne délivrent leurs principes actifs que sous l’action prolongée de la chaleur (ébullition maintenue pendant quelques minutes).

Cette technique est réalisée en trempant la plante dans l’eau froide. Il faut amenez le mélange (eau et partie de la plante) à ébullition à feu doux et laisser bouillir 3 à 5minutes. puis, hors du feu, en couvrant laisser infuser 10 minutes.  On filtre ensuite le liquide obtenu (le décocté).

La macération

Ce type de préparation, contrairement aux précédentes, ne nécesssite pas d’eau chaude mais un peu de patience.

La macération consiste à tremper la plante dans l’eau froide pendant plusieurs heures (moins de 10 heures car, au-delà, il y a risque de fermentation). Après filtration, vous pouvez légèrement tiédir la boisson (à moins de 40 °C).

Ce procédé est généralement utilisé pour les plantes dont les composés actifs craignent la chaleur comme la vitamine C ou le mucilage (exemple du cynorhodon ou des feuilles de mauve).

Une macération peut aussi se faire avec de l’huile ou de l’alcool pour d’autres utilisations telles que des bases pour des baumes, crèmes ou teintures. Je vous en parlerais une autre fois.

A TESTER

L’ortie se prète bien à la macération. Dans une bouteille en verre, laisser tremper 2 cuillères à soupe d’orties avec 1L d’eau froide pendant une nuit. Le lendemain, buvez cette eau aromatisée pour bénéficier de ses propriétes diurétiques et détox. Vous pouvez ajouter quelques feuilles de menthe ou de verveine citronnée pour adoucir le goût et apporter une belle saveur a cette boissoin.

Articles Similaires

femme heure du thé tisane

Conseils pour préparer une bonne tisane – Partie 1

Préparer une tisane est à la portée de tous. Mais pour conserver toutes les vertus et les arômes des plantes, il faut respecter quelques grands principes.

QUELS USTENSILES ?

Il y a deux ustensiles indispensables pour préparer une bonne tisane : une bouilloire et une théière ou un infuseur individuel (petite passoire que l’on peut mettre dans n’importe quelle tasse, mais attention ce n’est pas une boule à thé, trop petite !)

  • La bouilloire : si cela est possible, optez pour une bouilloire qui indique la température de l’eau. En effet, cette donnée est importante pour ne pas brûler les plantes et toutes leurs saveurs. La température idéale est d’environ 85°C ( en fonction des plantes et de leurs parties utilisées). Pour ceux qui n’ont pas ce type de bouilloire, vous pouvez laisser refroidir l’eau pendant environ 5 minutes après l’ébullition.
  • La théière ou l’infuseur : la théière idéale doit avoir l’espace nécessaire pour que les plantes puissent s’exprimer. Attention les boules à thé peuvent être trop petite pour des plantes entières et elles peineront à libérer leurs vertus et leurs saveurs.

PLANTES SÈCHES OU FRAÎCHES ?

On peut utiliser les plantes fraîches en infusion, c’est même parfois mieux (la mélisse, par exemple)! aussi bien pour leurs propriétés médicinales ou leurs saveurs. Après la récolte, vous pouvez les conserver quelques jours au réfrigérateur.

Mais il est malheureusement impossible d’avoir des plantes fraîches toute l’année et nous avons alors recours aux plantes séchées. Le séchage est un moyen de les conserver tout au long de l’année ! Cela permet également de les cueillir au bon moment, et de les consommer plus tard. Certaines molécules peuvent être détruites au séchage mais la plante conserve la majorité de ses propriétés et de de saveurs.

TEMPÉRATURES ET TEMPS D’INFUSION

Tout d’abord, il est important d’utiliser une eau à une température d’environ 85°C pour ne pas brûler les plantes. L’eau en ébullition peut en effet vaporiser les huiles essentielles contenues dans les plantes, leurs donnant leurs délicieuses saveurs mais aussi leurs propriétés.

Le temps d’infusion dépend de la plante et de la partie utilisée, si elle est utilisée seule ou en cas de mélange, des parties majoritaires :

  • Pour les parties les plus fragiles comme les feuilles ou sommités fleuries : il faut compter environ 5 à 7 minutes pour que les saveurs et les propriétés se libèrent dans l’eau
  • Pour les parties les plus épaisses comme les fruits, racines ou écorces : on conseille une infusion d’environ 15 minutes pour que l’eau pénètre bien dans les élèments.
  • Pour des préparations à but « médicinal », il faut comptez 15 à 20 minutes d’infusion. La tisane sera plus concentrée en principes actifs mais certaines plantes peuvent libérer plus d’amertume et la rendre moins savoureuse.
  • Pour infusion « plaisir » : la priorité est donné au goût. Il est conseillé d’infuser les plantes 5 à 7 minutes pour obtenir les saveurs sans avoir une amertumes trop présente.

BON A SAVOIR

N’oubliez pas de couvrir votre tasse pendant que les plantes infusent ! En effet, vous risquez l’évaporation des huiles essentielles. Et ce sont elles qui sont le plus souvent à l’origine des saveurs, des odeurs et aussi des propriétés de votre tisane !

LA SUITE DANS UN PROCHAIN ARTICLE…

Je vous donnerais d’autres conseils le mois prochain sur les différentes méthodes : Infusion, décoction, macération ????

Articles similaires

tasse couleur theiere tisane

Conseils d’achats pour choisir ses tisanes !

La tisane est l’une des boissons les plus consommées avec le thé et le café. En effet, elle fait partie de notre quotidien et de notre alimentation. Cependant, savons-nous vraiment ce qu’est une tisane et comment la choisir ?

C’est quoi une tisane ? 

Les tisanes sont des eaux parfumées à base de plantes. Elles peuvent être un excellent moyen de se désaltérer et d’assurer l’équilibre en eau de l’organisme.

Mais les tisanes relèvent en fait de la phytothérapie, la plus vieille médecine du monde. Aucune plante n’est innocente : toutes contiennent des centaines de principes actifs.

De plus, il n’est pas toujours possible ou facile d’aller cueillir soi-même les plantes et puis de les faire sécher dans de bonnes conditions pour faire vos réserves. Bonne nouvelle : vous trouverez plusieurs herboriste-artisans autour de vous !

Comment choisir ? 

Actuellement, on utilise les plantes pour leurs propriétés, mais aussi pour leurs goûts. En effet, ça serait dommage de vous priver d’un moment de plaisir et bien être ? Cependant avec la profusion de tisanes et de thé en ce moment (plantes seules ou mélangées, habituelles ou insolites, écorces de fruits avec ou sans épices etc.), vous trouverez de toutes les qualités. Voici quelques conseils pour vous aider à choisir votre tisane et quelle vous le rende bien !

1 – Des plantes le plus entières possibles !

Savez-vous que en hachant les plantes ou en les réduisant en poudres, vous perdez presque la totalité des leurs propriétés et de leurs saveurs originelles ? Vous pouvez les achetez en vrac ou en infusettes. Les divers conditionnements offrent des avantages différents. 

Au Jardin Atsenti Auarata, nous essayons de conserver les plantes le plus entières possibles dans nos infusettes et c’est pour cela que nous les remplissons à la main, pour conserver au maximum leurs qualités. Nous avons fait le choix ces infusettes pour plusieurs raisons: 

  • La dose idéale est déjà calculée pour une tasse, plus besoin de se préoccuper de la quantité de plantes à mettre dans l’infuseur lors de la préparation, ou d’avoir les plantes les plus lourdes qui tombent au fond de votre sac en vrac et de ne pas avoir, au final, un mélange homogène à chaque tasse.
  • Le format individuel de l’infusette est facile à transporter: en prendre quelques-unes pour le travail, pour les vacances ou pour apporter chez des amis par exemple.
  • Les infusettes de plantes offrent de nombreuses possibilités d’usage après les avoir fait infuser. Alors ne jetez plus vos infusettes et donnez-leur une seconde vie ! Il existe en effet bien des façons de les utiliser à nouveau.

2 – Des plantes sans ajouts

Lorsque vous optez pour des plantes de qualité, vous n’avez pas besoin de rajouter des additifs comme des arômes, qu’ils soient naturels ou chimiques, pour augmenter la saveur. Par exemple, le mélisse apporte une saveur citronnée, la feuille de cassis une saveur fruitée…

3 – Des plantes cultivées et/ou cueillies selon les normes bio ou de manière la plus naturelle possible

Le mode de culture et de cueillette est très important. Y a-t-il des intrants chimiques, des pesticides dans la terre ? L’endroit de la cueillette est-il sain ? Posez-leur la question !

4 – Des plantes en circuits courts

En connaissant les producteurs et cueilleurs qui récoltent vos plantes, vous vous assurez des bonnes pratiques utilisées pour les produire et en plus d’encourager les entreprises locales.

5 – N’achetez pas des plantes trop bon marché

Pour vous fournir des plantes de bonnes qualité, votre producteur doit les trier pour enlever les parties abîmées, les corps étrangers, les tiges trop grosses… Elles doivent aussi être surveillées et conservées dans de bonnes conditions à l’abri des insectes, de la chaleur excessive, de l’humidité… Tout ceci demande du temps, de l’espace pour stocker, de la main d’oeuvre. Une plante de qualité à toujours un certain prix. 

6 -N’achetez pas non plus les plantes qui sont stockées près de sources de lumières ou de chaleur

Vous savez que les plantes sont des végétaux fragiles et leurs constituants peuvent être altérés par la trop grande lumière ou la trop grande chaleur. Les plantes sont très belles dans leur sac en plastique mais l’exposition à la lumière et à la chaleur peut altérer leur goût, leurs couleurs et leurs propriétés.

Ou aller ?

Pour trouver des plantes de qualité, l’idéal est d’aller directement chez les producteurs. Mais si vous habitez en ville, vous pouvez aller dans une herboristerie, dans les magasins bio et épiceries fines, qui présentent aussi une offre variée et de qualité, le plus souvent bio et d’origine locale !

Attention !

Assurez vous de la provenance des plantes, car les normes de d’agricultures biologiques diffèrent en fonction des pays !

Articles similaires